14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 17:09

Ce matin, je suis partie sur une brocante dès potron minet.

 

Le jour n'était pas levé et, en sortant d'une forêt, sous mes yeux émerveillés j'ai vu s'illuminer le château de la Belle au Bois Dormant.

 

Il m'est alors revenu un poème de Gérard de Nerval appris vers dix ou onze ans qui m'a entrouvert les portes de la métempsychose, et fait découvrir une autre réalité, celle du rêve, de la magie, et de la beauté.

J'étais cette dame blonde en ses habits anciens...

 

 

FANTAISIE MUSICALE



Il est un air, pour qui je donnerais,
Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber.
Un air très vieux, languissant et funèbre,
Qui pour moi seul a des charmes secrets !

Or, chaque fois que je viens à l'entendre,
De deux cents ans mon âme rajeunit...
C'est sous Louis treize; et je crois voir s'étendre
Un coteau vert, que le couchant jaunit;

Puis un château de brique à coins de pierre,
Aux vitraux teints de rougeâtres couleurs,
Ceint de grands parcs, avec une rivière
Baignant ses pieds, qui coule entre les fleurs;

Puis une dame à sa haute fenêtre,
Blonde aux yeux noirs, en ses habits anciens,
Que dans une autre existence peut-être,
J'ai déjà vue...et dont je me souviens !

 

Gérard de NERVAL

 

Partager cet article

Repost 0
Published by LE CHEMIN DU BONHEUR - dans POESIE

Présentation

*

[]

Articles Récents