8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 13:24

Petite fille, je passais toutes mes vacances chez ma grand-mère adorée, dans les Côtes-d'Armor.

 

C'est là, que j'ai appris à parler le breton, à éplucher les pommes de terre avec une seule pelure, à reconnaître les mûres véreuses, à élever des têtards, siffler entre deux brins d'herbes, à apprécier la qualité du silence et de la solitude.


Rien que des choses Essentielles.

 

Mais, j'allais oublier lire dans les nuages...


Les nuages remplaçaient les livres.

 

J'étais l'écrivain et le vent signait les magnifiques illustrations qui m'emportaient dans un rêve sans fin.


En Bretagne, les livres de nuages ne vous font jamais défaut.

 

Il suffit de lever la tête, et les histoires défilent sous vos yeux.


Des châteaux fantastiques abritent une princesse, en robe de dentelle évanescente et transparente rebrodée d'argent et ourlée de pierreries scintillantes, exilée pour avoir trop aimé le vent.

 

Des foules immenses comme pétrifiées de neige attendent le carrosse d'une improbable fée des glaces.

 

Des visages étranges vous regardent et soudain s'effilochent de peur que vous ne  saisissiez le secret de leurs mirages.

 

Et puis des bêtes étranges échappées de l'arche de Noé font des courses sans fin avant de s'effilocher dans le néant.

 

Chaque fois que je lève la tête vers les nuages je retrouve mon âme de petite fille, et je retrouve avec bonheur l'enfant en moi dont le coeur n'a jamais cessé de battre.


Et vous, depuis quand n'avez-vous pas regardé les nuages ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by LE CHEMIN DU BONHEUR - dans MATIERE A REFLEXION

Présentation

*

[]

Articles Récents