9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 17:20

 

Non, pas plus que le sentiment d'amour, l'amitié ne s'éteint pas avec la mort de ceux qu'on aime. Car ce sentiment là, rien pas même la mort ne peut nous l'arracher, et lui il reste bien vivant au fond de nos cœurs.

Cette mort que nous redoutons tous, elle a croisé mon chemin, enfin, ce n'est pas moi qu'elle a fauché bien sûr, c'est un ami très cher. Certains d'entre vous le connaissent et le lisent il s'agit de PSYBLOG. Nous étions devenus amis dans la vraie vie, il y a quelques jours encore nous parlions au téléphone, et puis la voix de son extraordinaire femme sur mon répondeur pour m'annoncer son départ... 

Ceux que nous aimons et qui nous quittent à chaque fois bien trop tôt restent vivants dans notre cœur, grâce aux moments de bonheur qu'ils nous ont offert. Mais, cela n'empêche pas notre chagrin. Il nous reste chevillé au corps cette sensation de jamais plus qui nous fait si mal et que nous devons accepter. Il nous reste, de ci de là, des lambeaux de culpabilité pour ce que nous n'avons pas partagé, parce que nous n'avons pas forcément pris le temps de téléphoner plus souvent, ou surtout de nous voir, parce que nous avions la vie devant nous. Il nous reste parfois la colère contre les éléments, les hommes, la loi, Dieu enfin contre tout ce qui peut nous éviter de penser à notre peine.

Alors, ce chagrin qui nous étreint lorsque nous perdons quelqu'un apprenons à l'accepter. Accepter la réalité immédiatement nous aide contre ces  inutiles colères et remords qui nous servent simplement de leurres pour détourner notre esprit de ce deuil que nous refusons.

Oui j'ai de la peine depuis que j'ai appris son décès, oui je suis triste si triste pour sa femme, ses enfants, son père  et tous ceux qui l'aimaient... Oui je suis triste, pour ce que nous ne partagerons plus, pour ces livres qu'il n'écrira plus, pour ces gens qu'il ne réconfortera plus. 

Parfois, la routine de la vie nous éloigne de ceux que nous aimons, faute de ce temps que nous traitons en ennemi, mais de savoir qu'ils sont là quelque part et respirent le même air que nous nous suffit bien souvent. Mais non justement ! Nous ne devrions pas nous en contenter, nous devrions ne jamais oublier de dire plus souvent à ceux qui sont dans notre cœur que nous pensons à eux et que nous les aimons, car il faut du temps pour faire un être humain, mais il suffit d'une seconde une seule pour qu'il ne soit plus là. Ne l'oublions jamais.


Un poème qui m'aide dans les moment difficiles

LES PAS DANS LE SABLE

Un jour, un homme arriva au Paradis et demanda à Dieu s'il pouvait voir toute sa vie, aussi bien les joies que les moments difficiles.

Et Dieu le lui accorda.

Il lui fit voir toute sa vie, comme si elle se trouvait projetée le long d'une plage de sable et que lui, l'homme, se promenait le long de cette plage. 

L'homme vit que tout le long du chemin, il y avait quatre empreintes de pas sur le sable : les siennes et celles de Dieu.

Mais, dans les moments difficiles, il n'y en avait plus que deux.

Très surpris, et même peiné, il dit à Dieu :

"Je vois que c'est dans les moments difficiles que tu m'as laissé seul..."

"Mais non, lui répondit Dieu, dans les moments difficiles, il y avait seulement les traces de mes pas à moi !

Parce qu'alors, je te portais dans mes bras..."

 

Partager cet article

Published by LE CHEMIN DU BONHEUR - dans DE TOUT ET DE MOI

Présentation

  • : LE CHEMIN DU BONHEUR
  • LE CHEMIN DU BONHEUR
  • : "Il est inutile de chercher le chemin du bonheur, car le bonheur c'est le chemin"
  • Contact

*

[]

Articles Récents