3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 07:00

L'un des privilèges des artistes, et de la création, est de  permettre de retrouver l'enfant en soi, c'est aussi le but de l'analyse, je crois même que c'est une des conditions suspensive à toute analyse réussie.


PICASSO disait que plus il avançait en âge et en technique, plus son trait devenait enfantin, lui qui n'avait jamais fait de dessins d'enfant qui à l'âge de 5 ans s'est mis à dessiner parfaitement une colombe plumes comprises. Le premier mot qu'il ait su prononcer était lapiz, crayon en espagnol.


En voulant créer, on rejoint le rêve de toute puissance de l'enfant. C'est un peu ce qui se passe sur les blogs, ce sentiment de toute puissance de pouvoir  écrire, sans auto-censure pour ceux qui écrivent dans l'anonymat.


Cette toute puissance représente l'avantage narcissique de la création : l'écrivain qui décide de l'intrigue et de ses personnages, la liberté du peintre face à sa toile vierge. Et, par exemple pour un blog ce sont sans doute les commentaires et les visites qui renforcent cette enivrante sensation.


Il n'est pas toujours facile de retrouver, à travers les méandres de notre inconscient, l'enfant qui a souffert en nous, pour lui réapprendre un autre chemin, et, lui éviter ainsi ces fameuses répétions de scénarios de vie.¨Par exemple ces femmes qui se mettent dans la peau du sauveur et "tombent" comme par hasard sur des hommes qui boivent, parce que papa... Évidemment, c'est un peu caricatural et réducteur, nos blocages sont souvent infiniment plus subtils, et c'est justement pourquoi, il est tellement difficile de les débusquer.


Quelqu'un a dit "on a toujours mal à son enfance". En effet, les mêmes causes produisent souvent des effets contraires : par exemple deux enfants, égarés dans les rayons pléthoriques d'une grande surface, vont atterrir à l'accueil. Le premier va avoir vécu une histoire extraordinaire, les dames trop gentilles lui auront donné des bonbons, auront dit son nom dans le micro et, il aura été l'objet de toutes les attentions, un futur aventurier est né, et puis, l'autre va développer un terrible sentiment d'abandon que rien ni personne ne pourra jamais combler. Est-ce une relation de cause à effet, ou bien cette expérience aura-t'elle servie de catalyseur ou de révélateur à un trait de caractère déjà préexistant ? En tous les cas, ce sont tous ces petits ou grands traumatismes qui nous construisent en positif ou en négatif, et qu'il faudrait dépasser.


Retrouver l'enfant en nous,c'est le chemin de l'acceptation de la vie et de la mort avec tous ses plaisirs et ses contraintes.

 

C'est trop drole

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by LE CHEMIN DU BONHEUR - dans DE TOUT ET DE MOI

Présentation

*

[]

Articles Récents