29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 07:16

Il nous arrive, à tous je crois, de nous poser
cette question existentielle : "ai-je bien employé mon temps ?" Mais cela ne sous-entend-il pas  "ai-je été suffisamment dans le faire pour que mon perfectionnisme soit satisfait" ? C'est un peu là l'éternel problème avec la notion du temps perdu qui ne se rattrape jamais.

Mais, finalement le temps passé à "ne rien faire" ne serait-il pas notre manière de nous ressourcer, de lâcher prise de la société et de nos vies parfois anxiogènes ? Car, si nous sommes constamment dans le faire ne faudrait-il pas y voir une fuite consciente ou non de ce temps qui passe et qui nous amènent tous à notre fin ultime ? Certains me rétorqueront, mais je n'ai pas le choix, sinon personne ne va "le" faire à ma place. Nous voulons donc être indispensables, nous ne nous aimons que dans la perfection.

La procrastination a parfois du bon, lorsqu'elle ne devient pas pathologique (genre ceux qui ne vident jamais leurs poubelles...)  A nous de trouver la réponse à la difficile équation entre la satisfaction et l'insatisfaction que nous éprouvons face à ce temps que nous considérons comme perdu. Qu'aurions-nous aimé faire de plus de ce temps que nous pensons avoir gâché ? Avoir une bonne note comme à l'école, avec en plus le tableau d'honneur, mais nous avons quitté l'école depuis longtemps ! 

Ne pourrions-nous pas nous regarder avec un oeil plus indulgent, et  nous accepter tels que nous sommes et non pas comme nous l'aurions rêvé ? Peut-être même que si nous prenions dans nos bras l'enfant en nous, qui a toujours un peu bobo à son enfance, en lui disant "je t'aime tu sais, et je trouve que tu t'en sors bien", oui, peut-être alors lâcherions nous prise de nos jugements négatifs à notre égard. C'est vrai que notre éducation judéo-chrétienne est passée par là, et Narcisse n'est pas un miroir dans lequel nous aimerions nous projeter, par peur je pense de l'auto-suffisance.

Mais, justement, nous y revenons, ce fameux temps que nous croyons perdu, ne nous sert-il pas  à prendre un peu de distance avec ces parts d'ombre qu'il nous faut accepter, puisque c'est l'ombre qui crée la lumière ?


Le temps CHARLES AZNAVOUR

 

LE REPOS 


Partager cet article

Repost 0
Published by LE CHEMIN DU BONHEUR - dans MATIERE A REFLEXION

Présentation

*

[]

Articles Récents