23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 08:02

"IL NE PEUT Y AVOIR UNE SEULE VERITE, SINON IL N'Y AURAIT PAS CENT TOILES PEINTES SUR LE MÊME THEME".

Pablo PICASSO (1881-1973)

J'aime cette phrase de PICASSO, car nous pouvons l'extrapoler à tous les domaines de notre vie. Nous croyons tous détenir la vérité, et c'est sans doute là que réside une bonne partie de tous les conflits. Bien sûr, pour vivre il faut se déterminer, encore ne faut-il pas que ce soit au détriment de l'autre.

Finalement, la vérité ne reposerait-elle pas sur le respect de l'altérité, cet autre que nous devrions reconnaître dans toutes ses différences sociales, culturelles et surtout religieuses (car c'est souvent au nom d'un Dieu omnipotent que se commettent les plus grands crimes) ?

Ce dont je parle ici, c'est de nous, dans notre cercle familial et amical, car c'est d'abord là que nous voulons imposer notre vérité. Je sais que c'est un voeu pieux, mais avant de regarder les défauts de l'autre d'un oeil torve, peut-être pourrions-nous balayer devant notre porte, et, avant que d'entrer en conflit, dire posément ce que nous avons à dire. Pas facile, je sais, cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas répondre dans l'émotion, mais qu'après un laps de temps raisonnable, nous mettions fin à cette querelle, cette rancoeur, cette "guerre" qui ne dit pas son nom. Lorsque nous sommes persuadés que notre vérité est la bonne, nous restons campés sur nos positions et nous refusons d'écouter l'autre.

"Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà".

Il est des points de vue qui heurtent tellement nos convictions, que nous ne pouvons les entendre, ni même les imaginer. Je ne tenterais même pas d'aborder la souffrance humaine ou animale, pas plus que le saccage de la nature. Mais, dans notre cercle intime, il nous est toujours possible d'apprendre à être plus tolérants, à accepter la ou les différences de ceux qui nous sont proches, et par capillarité, nous pourrions aussi ressentir davantage d'empathie  "au-delà", et peut-être alors, les choses avanceraient-elles un tout petit peu ?

 

Quelle "vérité" est la bonne ? Celle de DELACROIX peignant "Les femmes d'Alger", en 1834, ou celle de PICASSO reprenant le même thème en 1955 ?

Femmes-d-Alger-Delacroix.jpgDELACROIX : Femmes d'Alger

 

Femmes-d-Alger-PICASSO.jpgPICASSO : Femmes d'Alger


 

Partager cet article

Published by LE CHEMIN DU BONHEUR - dans PHRASE DU JOUR

Présentation

  • : LE CHEMIN DU BONHEUR
  • LE CHEMIN DU BONHEUR
  • : "Il est inutile de chercher le chemin du bonheur, car le bonheur c'est le chemin"
  • Contact

*

[]

Articles Récents