26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 20:16

Parfois, mes pensées se tournent vers Venise, comme si la Sérénissime était le seul phare dont je distinguerais les lumières au coeur d'une nuit étoilée.

 Alors, point après point, je pousse mon aiguille sur un de mes costumes, fantasmes  perlés et pailleté d'une princesse vénitienne  avançant masquée dans l'univers de ses rêves.

Venise est d'autant plus cher à mon coeur que tout semble y avoir été créé pour la gloire du chat : le dédale de ses ruelles, aux couleurs mêlées de rose saumoné, de cramoisi clair, de beige rosé, ses quatre cents ponts, aériennes passerelles au-dessus d'une eau couleur d'huître sombre, ses passages couverts, noirs comme des cavernes profondes, ses places ensoleillées, avec, au centre, un puits de pierre à la margelle ouvragée, ses jardins secrets, les calli sans les pièges mortels de nos funestes voitures.

C'était lui, le roi de la sérénissime. N'avait t'il pas sauvé la lagune de la peste en exterminant le rat, funeste prédateur qui l'avait envahit ?

Venise était le rêve éveillé d'un monde parfait pour les félins.

L'emblème de Venise n'est-il pas le cousin du chat, ce lion roi de la jungle, devenu le roi de Venise, qui fut pourtant une république ?

Un cousin qui de l'ange a pris les ailes et de Dieu la force et le pouvoir.

Cocteau disait "Venise est la seule ville ou les pigeons marchent et les lions volent".

MON CHAT DE VENISE 

LE CHAT DE VENISE -


 

Partager cet article

Repost 0
Published by LE CHEMIN DU BONHEUR - dans VENISE

Présentation

*

[]

Articles Récents