7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 11:17

Un poète dont on ne parle plus guère et qui semble au purgatoire des artistes oubliés, c'est bien Paul Eluard.

 

Lorsque j'étais petite, chaque fois que j'allais à la bibliothèque municipale je montais à l'étage au-dessus, où se trouvait le musée.

 

On y voyait la reconstitution de son bureau, et oui, Paul Eluard est né à Saint-Denis (pas très loin du square Pierre de Geyter en hommage au créateur belge de l'internationale mort juste en face)

 

Je n'aimais guère ce bureau, bien loin de l'idée que je me faisais du bureau d'un poète. J'imaginais sans doute un endroit plein de mystère, de fantaisie et de couleurs, et je contemplais un lieu austère et bourgeois et excessivement conventionnel lui qui écrivait sur la paix, l'amour et la liberté.

 

Je découvrais qu'il n'y avait pas toujours d'adéquation entre l'œuvre et l'artiste. C'est drôle, mais, ça me dérange toujours. Aurais-je conservé mes illusions ?

 


 

LE CHAT

 

Pour ne poser qu'un doigt dessus
Le chat est bien trop grosse bête.
Sa queue rejoint sa tête,
Il tourne dans ce cercle
Et se répond à la caresse.


Mais, la nuit l'homme voit ses yeux
Dont la pâleur est le seul don.
Ils sont trop gros pour qu'il les cache
Et trop lourds pour le vent perdu du rêve.
Quand le chat danse
C'est pour isoler sa prison
Et quand il pense
C'est jusqu'aux murs de ses yeux.


Les animaux et leurs hommes, Paul ÉLUARD.


 

5e05fj0h

Barres201

 

Partager cet article

Repost 0
Published by LE CHEMIN DU BONHEUR - dans CHATS PASSION

Présentation

*

[]

Articles Récents