21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 15:33

Aujourd'hui, je fais l'école buissonnière, l'école buissonnière de ma tête et de mon coeur.

 

Juste je respire, juste je regarde le ciel, juste je marche, juste je toilette mon jardin, juste je caresse les chats, juste je brouillonne le chien, juste je ne pense pas à ma peine, pour ne pas l'entretenir...

 

Juste, j'écris un peu et juste je lis un poème.

 

La poésie, comme l'écriture, est souveraine, pour accompagner nos moments de déshérence.

 

Je me suis envolée avec l'oiseau Lyre de PRÉVERT par dessus les arbres et je reviens juste pour une...


Page d'écriture

Deux et deux quatre
quatre et quatre huit
huit et huit font seize…
Répétez ! dit le maître
Deux et deux quatre
quatre et quatre huit
huit et huit font seize.
Mais voilà l’oiseau lyre
qui passe dans le ciel
l’enfant le voit
l’enfant l’entend
l’enfant l’appelle
Sauve-moi
joue avec moi
oiseau !
Alors l’oiseau descend
et joue avec l’enfant

Deux et deux quatre…
Répétez ! dit le maître
et l’enfant joue
l’oiseau joue avec lui…

Quatre et quatre huit
huit et huit font seize
et seize et seize qu’est-ce qu’ils font ?
Ils ne font rien seize et seize
et surtout pas trente-deux
de toute façon
ils s’en vont.

Et l’enfant a caché l’oiseau
dans son pupitre
et tous les enfants
entendent sa chanson
et tous les enfants
entendent la musique
et huit et huit à leur tour s’en vont
et quatre et quatre et deux et deux
à leur tour fichent le camp
et un et un ne font ni une ni deux
un à un s’en vont également.
Et l’oiseau lyre joue
et l’enfant chante
et le professeur crie :
Quand vous aurez fini de faire le pitre
Mais tous les autres enfants
écoutent la musique
et les murs de la classe
s’écroulent tranquillement
Et les vitres redeviennent sable
l’encre redevient eau
les pupitres redeviennent arbres
la craie redevient falaise
le porte-plume redevient oiseau.

Jacques Prévert

 

 

Le joli court métrage,réalisé par Filippo Giacomelli, Fabio Tonetto et Juan Correan, qui l'accompagne est en italien, pour donner un ton un peu plus chantant et onirique au poème de Prévert.

 

Peut-être me faudra-t'il oublier l'oiseau lyre et ne pas prendre les deux ailes de mon prénom pour m'envoler trop souvent au pays des chats qui ne reviennent pas...

.

Partager cet article

Repost 0
Published by LE CHEMIN DU BONHEUR - dans POESIE

Présentation

*

[]

Articles Récents